NOBEL-AUTOMOTIVE À VITRY-LE-FRANCOIS, UNE VACHE À LAIT BIEN SYMPATHIQUE...

12-12-07-mittal-hollande-montebourg-ayrault

Depuis 18 mois, les NOBEL luttent pour la survie de leur entreprise à Vitry-le-François. Plein d'espoir depuis l'accession de la gauche socialiste et écologiste au pouvoir, ils ont alerté les élus locaux, départementaux et régionaux, comme la préfecture et le ministère du "redressement productif".

À l'appel de Christophe Munier délégué syndical CGT, relayant l'initiative de l'Union Locale CGT du Pays Vitryat, nous étions 350 le 1er décembre 2012 à braver le froid glacial sur la Place d'Armes à Vitry-le-François, mobilisés pour alerter tous les "décideurs" sur le sort d'un fleuron de l'industrie et de la plasturgie au service de l'automobile (Peugeot, Ford, etc.) dans notre territoire. 

Ensemble, nous dénoncions alors Ibrahim Orhan qui organisait contre notre site local, la concurrence de ses propres nouvelles implantations en Espagne, Slovaquie et Chine. Ensemble, nous l'accusions de siphonner les comptes de NOBEL-Plastiques à Vitry-le-François.

Nous avons rencontré le député de la circonscription comme le commissaire du redressement productif auprès du Préfet de la Marne. Nous avons alerté le Ministre Montebourg qui s'est contenté de faire procéder à une énième expertise, sans dégager de piste d'avenir...

Cela fait maintenant 2 mois que les salariés luttent contre un nouveau PSE s'ajoutant aux précédents. Ils avaient réduit les effectifs de 700 personnes au moment du rachat par ORHAN en 2007, à 338 aujourd'hui. Le scandale, c'est que sous un gouvernement d'une partie de la gauche, le groupe va toucher 300 mille € au titre du CICE pour cette année, et plus encore en 2014 !

Où le comble est atteint, c'est qu'au moment où ORHAN prétend se délester de 95 salariés vitryats pour moins de 5 à 10 mille € d'indemnité, à Istamboul le 12 octobre 2013, l'Ambassadeur de France Monsieur Laurent Bili décorait le PDG turc dans l'ordre de Chevalier de la Légion d'Honneur "pour sa contribution au développement économique et la création d'emplois dans notre pays". Arnaud Montebourg était à ses côtés, à défaut d'avoir été à nos côtés à nous.

Il ne manquerait plus au Président de la France aujourd'hui en Slovaquie, qu'à décorer de la même breloque le directeur des 304 salariés concurrents d'ORHAN dans ce pays !

Ce n'est pas ainsi qu'on prépare les victoires électorales du futur le plus proche, hélas.

NOSE DE CHAMPAGNE.