LE MERLE MOQUEUR

31 juillet 2014

GERARD TAISEZ-VOUS ! LAISSEZ PARLER JAURES !

visuel_jaures_web_v_1_3

Il n'y avait pas foule ce jeudi 31 juillet 2014, autour de nous à l'angle de l'Avenue de la République et de l'Avenue Jean Jaurès à Vitry-le-François. Bien qu'informée, la presse locale n'avait pas estimé le sujet pertinent sans doute et ne s'était pas donné la peine d'en rendre compte. Nous étions un peu moins d'une dizaine, au nom du Front de Gauche/Front Citoyen Vitryat, mais nous étions les seuls à Vitry à rendre hommage à notre grand précurseur. Nous donnons ci-dessous le texte exact de l'allocution prononcée, après le dépôt d'un petit bouquet de roses rouges et blanches, sous la plaque portant le nom de Jaurès, par l'un de nos 3 porte-parole.

 

 

"Jean Jaurès a été assassiné de 2 balles dans la tête tirées à bout portant, le 31 juillet 1914 au café du croissant à Montmartre, trois jours avant la déclaration de guerre de notre pays à l’Allemagne, il y a aujourd’hui tout juste 100 ans. Il n’avait pas 55 ans.

 

Son assassin, le rémois Raoul Villain se situait dans la mouvance de l’extrême droite. Il faut le savoir aujourd’hui, quand le FN prétend  annexer Jaurès en affirmant sur ses affiches que « Jaurès aurait voté FN » ! Son assassin a tué celui qui dépensait toutes ses forces pour prévenir et empêcher le déchainement de la guerre mondiale et des atrocités qu’il pressentait. Il a tué l’espoir d’un règlement pacifique des conflits en Europe. Et cet assassin, jugé en mars 1919, n’a jamais été condamné par la Justice de notre pays !

 

Sans avoir jamais été un « pacifiste bêlant », Jean Jaurès est pour nous  le symbole de la lutte contre les guerres par l’appel à l’union de tous les travailleurs de tous les pays. C’est lui qui indique – je cite - que «le moyen d’abolir la guerre entre les peuples, c’est d’abolir la guerre économique », ce qu’on appelle aujourd’hui « la concurrence libre et non-faussée » ou encore « la compétitivité ». Jean Jaurès se revendique  aussi comme compagnon critique du marxisme, faisant de la résolution de la question sociale la condition pour que la République soit « le régime de tous par tous », qu’il nommait « le socialisme ». Pour lui – je cite encore- il s’agit d’ « introduire dans la société d’aujourd’hui des formes de propriété qui la démentent et qui la dépassent, qui annoncent et préparent la société nouvelle, et par leur force organique hâtent la disparition du monde ancien ». 

 

Jean Jaurès était un intellectuel rationnel et brillant : historien, philosophe, professeur, journaliste, puis parlementaire. Il fut élu plus jeune député de France à 26 ans et commençait alors un parcours politique d’abord modéré, mais s’affirmant plus progressiste au fur et à mesure des événements rencontrés en chemin, jusqu’à dire de lui-même : « je ne suis pas un modéré, je suis avec vous un révolutionnaire ». Pour bien montrer la filiation de son engagement, il revendique justement et fièrement dans son Histoire Socialiste de la Révolution Française ce qu’aucun socialiste actuel n’oserait plus : « Je suis avec Robespierre et c’est avec lui que je vais m’asseoir aux Jacobins ! ». Tout autant, Jaurès se référait à  Gracchus Babeuf qu’il nommait « notre grand communiste »

 

À 33 ans, Jean Jaurès entre en lutte aux côté des mineurs de Carmaux et de leur syndicat en grève contre le propriétaire, le marquis de Solages. Finalement victorieux, il va au bout de son engagement au côté de la classe ouvrière en entrant en « socialisme », et en devenant l’artisan inlassable de l’unification de tous les courants socialistes de France en 1905 (Allémanistes, Guesdistes, Autonomes…) …

 

Toute l’œuvre de Jean Jaurès (dont une remarquable « Histoire socialiste de la Révolution Française » de 7 tomes, totalisant 4723 pages) témoigne de son désir ardent de libérer l’humanité… jusqu’à fonder, le 18 avril 1904, le journal qui en porte le nom, notre journal. Jean Jaurès a porté partout le drapeau de l’émancipation sociale, de Carmaux à Albi, jusqu’à Nouzonville et Charleville dans les Ardennes aux confins de notre région de Champagne.

 

Lors de l’affaire Dreyfus (bourgeois juif et militaire, accusé de trahison et condamné sans preuve), il s’engage avec Jules Guesde.

 

Il s’agit pour lui que chacun comprenne que le socialisme étant l’accomplissement de la justice, il ne faut jamais accepter aucune injustice. Et Jaurès n’a eu de cesse que cette justice soit effectivement rendue au capitaine Dreyfus, contre l’Etat-major.

 

Durant l’intense combat laïc du début du 20ème siècle, il devient avec son ami Francis de Pressencé l’un des principaux artisans de la Loi de Séparation de l’Eglise et de l’Etat. Il montre alors tout son sens du compromis. Mais, à l’inverse de ce que l’on peut entendre aujourd’hui par la voix de nos gouvernants, ce n’était pas pour accepter ou faire accepter des régressions sociales mais bien pour changer la société avec toujours la visée progressiste chevillée au corps.

 

En 1910, Jean Jaurès participe à la création des retraites ouvrières, premier pas vers une sécurité sociale. S’il n’a jamais participé au pouvoir et à aucun gouvernement, il a toujours porté l’idée que les révolutionnaires devaient prendre toutes leurs responsabilités à condition que cela conduise vers le mieux et non pour accepter les pires reculs au nom du réalisme et de l’impuissance politique que nous déplorons aujourd’hui, lorsque François Hollande dépouille notre protection sociale, et notamment notre système des retraites.

 

Certes, Jean Jaurès n’a pas connu que des réussites : il a aussi rencontré des échecs mais ne s’y est jamais résigné et a sans cesse poursuivi la lutte.

 

À gauche aujourd’hui, ils ne sont plus très nombreux ceux qui, au Parti socialiste devenu « la béquille du capital », se réclament de Jean Jaurès. D’ailleurs, que connaissent-ils encore de lui ?!

 

Le Président de la République et le 1er Ministre actuel n’en font pas leur principale référence. Ils lui préfèrent Clémenceau, non pas le radical de l’affaire Dreyfus, mais celui de la répression antisociale et du jusqu’auboutisme guerrier. C’est ce qui fonde pour nous la différence et qui explique que nous ne cautionnerons pas, à Vitry non plus, le centenaire officiel de la fin de cette immense boucherie que fut 14-18, mais aussi la matrice de l’autre guerre mondiale. Faut-il aussi rappeler que le pouvoir actuel a refusé, il y a quelques mois, la réhabilitation des « fusillés pour l’exemple » ?

 

Pour les communistes, les militants du Front de Gauche et les syndicalistes conséquents, Jean Jaurès reste une référence majeure. Ecoutons-le, lorsqu’il prévient ainsi : « Tant que, dans chaque nation, une classe restreinte d’hommes possèdera les grands moyens de production et d’échange […], tant que cette classe pourra imposer aux sociétés qu’elle domine sa propre loi qui est la concurrence illimitée […], il y aura des germes de guerre. »  

 

Jean Jaurès est notre référence, parce que nous voyons d’abord en lui une image de la morale en politique, alors que celle-ci est trop souvent disqualifiée par les affaires, genre Cahuzac ou Sarkozy…

 

Nous voyons en lui le combattant pour la paix quand la guerre, et le mensonge à son propos, redevient le moyen d’assurer les intérêts  impérialistes dans le monde, comme c’est le cas dans l’Ukraine des oligarques captée par le FMI, et comme c’est le cas en Palestine par les crimes de masse contre  Gaza résistante et martyrisée… Jean Jaurès portait cette vision lucide et toujours actuelle lorsqu’il rappelait que « le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage »

 

Nous voyons en Jaurès le champion de la justice sociale, alors qu’aujourd’hui toute réforme est devenue symbole de régression sociale, de racket sur les pauvres pour donner aux riches, comme c’est le cas avec le Pacte de Responsabilité qui ponctionne 50 milliards d’€uros aux budgets publics et sociaux pour alimenter la rapacité des financiers, des actionnaires, des  spéculateurs… au dépends de la maternité de Vitry-le-François, pour prendre l’exemple le plus récent…

 

Nous voyons en Jaurès le journaliste méticuleux et respectueux des grandes causes, immergé dans le peuple, lui qui a fondé l’indispensable journal des sans voix : « l’Humanité »…

 

Nous voyons en lui le militant de chaque instant, intègre jusqu’à mourir pour ses idées…

 

On nous dira que le Monde d’aujourd’hui n’est plus celui de Jaurès. Pourtant, le combat pour l’émancipation humaine n’est pas achevé et il s’inscrit dans un récit qui passe par la mémoire ineffaçable de Jaurès. Il dépend de nous de rappeler que Jean Jaurès est l’honneur de la gauche et l’honneur du socialisme. Au moment où ces mots deviennent des mots grossiers et chargés de renoncements, il faut les répéter sans relâche. Nous les communistes, nous les militants du Front de Gauche, nous les syndicalistes conséquents, nous en sommes les fiers continuateurs. Pas seulement de Jaurès, mais de Jaurès aussi.

 

Jean Jaurès n’a pas besoin des caresses hypocrites des maquignons complices du MEDEF, ni d’une chronique nécrologique à retardement comme sait les faire le blog d’un de nos adjoints au maire. Jaurès condamne avec esprit la résignation, lorsqu’il explique que « La peur resserre ; l’espérance dilate ! »

 

Camarades et amis, Jaurès reste vivant dans le combat pour le progrès social ! L’avenir a besoin de nous ! Merci et à  bientôt pour les prochaines batailles ! "

 

 Pour le Front de Gauche-Front Citoyen Vitryat.


Posté par NOSE 2 CHAMPAGNE à 16:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]


30 juillet 2014

GAZA MARTYRISEE ENCORE ET ENCORE...

 

116867560_Gaza_357086b

 

CES BOURREAUX GRIMES EN VICTIMES...

Ce poème m'a été aimablement "prêté" par mon camarade et ami Pedro DA NOBREGA, afin que la pensée unique ne s'impose pas au coin de nos écrans si plats...

 

3125B86CE9E56F05523A29C4BDF82_h404_w604_m2_q80_cUawBJQWG

 

 

"Ces bourreaux grimés en victimes


C’est tout un peuple qu’ils éliminent


Une arrogance sans pitié


Assurés de l’impunité


Par les mensonges et les silences


Complices de tant de souffrances


Pour étouffer le bruit des bombes


Qui font des écoles des tombes


Des hôpitaux pour cimetières


Lorsque les missiles opèrent


Une chirurgie meurtrière


Qui manie le feu et le fer


Pour encore martyriser


Toute une nation enfermée


En cage depuis des années


La rage comme seule échappée


À qui l’on interdit la mer


Et où le ciel n’est pas ouvert


Dans une prison sans issue


Une humiliation continue


Un châtiment impitoyable


Pour tous ces gens juste coupables


De se cramponner à leur terre


Contre la loi de l’arbitraire


Mains des pères implorant le ciel


Quand des enfants le sang ruisselle


Les yeux des mères desséchés


Des torrents de larmes versés


Cet avenir qu’ils assassinent


Cette humanité qu’ils piétinent


Arrachant jusqu’aux oliviers


Pour y ensevelir la paix


L’apartheid ressuscité


Pour la rapine justifier


Les chenilles écrasant les jouets


Des enfants toisant les blindés


Même la lumière est visée


Pour que la nuit puisse régner


Celle des étoiles funèbres


Et des criminelles ténèbres


Sachons faire grandir le cri


Pour stopper cette boucherie


Pour mettre un terme à ce carnage


Faire à l’ignominie barrage


Qu’enfle des peuples la clameur


Pour pouvoir atteindre leurs cœurs


Leur porter quelque réconfort


Face au déferlement de mort


Ce n’est qu’en respectant les droits


De ce peuple et de son État


Qu’enfin la paix pourra régner


Dans la justice restaurée"


 


Pedro DA NOBREGA, 29/07/14.

 

 

Posté par NOSE 2 CHAMPAGNE à 19:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2014

UNE NOUVELLE HISTOIRE D'EAU...

 

SI VOUS N’AVEZ BESOIN DE RIEN, ADRESSEZ-VOUS À VEOLIA !

 

 

SAM_0314

Y a des jours comme çà ! Ce matin vers presque 9 heures, plus d’eau à la cuisine. On va à la salle de bains : même chose. Dans le garage et sur la terrasse, même punition au même motif ! On fait le tour de la maison pour aller voir le compteur… Pas besoin  de lever la dalle : l’eau bouillonne, grise et marron et çà déborde dans l’allée. Il s’est passé quelque chose dans la fosse bétonnée de 0,94 mètre de profondeur sur 0,72 mètre de section carrée à l’ouverture.

 

 

SAM_0316

 

À 9 heures, j’appelle le fermier Véolia. J’appelle à Vitry-le-François, mais on me donne un autre numéro pour Metz. Là on me demande si la fuite s’est produite avant ou après le compteur. C’est impossible de le dire car on ne peut rien voir. Mais on me dit que si c’est avant le compteur, c’est leur responsabilité, mais si c’est après – côté client – alors c’est à moi de recourir à un plombier… Je demande à ce qu’ils viennent voir au moins pour couper l’eau. On me répond qu’il faut un délai de 2 heures. Je réponds qu’alors l’eau va continuer de se perdre pendant tout ce temps et à gros bouillons…

 

 

SAM_0321

 

Je suis furieux : Véolia, c’est juste bon à adresser des factures et à toucher le fermage ! Le Front de Gauche avait raison de proposer la remunicipalisation du service des eaux… À 9 heures 10, j’appelle un plombier en urgence, en qui j’ai toute confiance. Mais il est sur un chantier et ne peut répondre immédiatement. Il me conseille un des artisans qui a travaillé à l’extension de notre maison l’an passé. Je l’appelle immédiatement et il me dépêche une équipe.

 

 

SAM_0335

 

Pendant ce temps, un autre artisan qui fait actuellement le carrelage de mon couloir va chercher une pompe thermique à gros débit. À 9 heures 50, le plombier arrive et la pompe également. Elle est immédiatement mise en œuvre passé 10 heures du matin. À 10 heures et quart, la pompe vide le regard bétonné et à 10 heures 20 le plombier ferme le robinet d’arrivé d’eau à mon compteur. Une marre s’écoule difficilement au collecteur d’eau de pluie, dans la rue. Le plombier me montre le tuyau désolidarisé du manchon du compteur. Il me dit qu’il devait y avoir une (petite ?) fuite depuis longtemps.

 

 

SAM_0336

 

À 11 heures 20, le technicien Véolia arrive et subit mon courroux. Je lui explique qu’un employé de Véolia est venu sur notre placette de 4 maisons, le 19 mai pour relever les compteurs. Nous l’avons vu faire et il nous a vu aussi, mais il s’est contenté de mettre un carton pré-rempli indiquant qu’il était passé tel jour et que trouvant fermé, nous serions soumis à une facture par estimation. L’ennui c’est que cela fait des années que ma consommation est soumise à estimation. Mais çà évite à ce monsieur de lever la dalle, de descendre au compteur et de lire le cadran. Malheureusement, çà évite aussi de s’apercevoir de fuites éventuelles ou de problèmes de joint non-étanche…

 

 

SAM_0337

 

Le résultat c’est qu’aujourd’hui, c’est du côté Véolia que l’eau s’est perdue : entre 4 et 5 mètres cubes (c’est moins que mes 4000 m3 en 2002 !). Le technicien nous a dit qu’à cause de gens qui faisaient mal leur boulot, c’est lui et ses collègues qui se faisaient prendre à partie par les clients… Voyant mes voisins se plaindre l’un d’une absence de pression et l’autre du manque total d’eau, sans aucun avis au public, ce même technicien reprend son outillage et part à la recherche de la grosse fuite responsable de cette situation. Il semble avoir le moral dans les chaussettes : « c’est parti pour une journée galère », nous confie-t-il.     

 

 

SAM_0322

 

En tout cas, le scenario de l’accident a été esquissé par le plombier. Avec les années (la dernière intervention sur mon installation date de 2002), le joint s’est érodé, s’est effrité, puis a disparu, provoquant une fuite qui s’est progressivement aggravée. Et comme en ce moment, il y a des travaux partout, il y a eu des coups de pression et le raccord par collet battu a cédé (le filetage a à moitié disparu)…

 

Il y a des gars qui bossent bien et il y en a aussi qui sabotent… Mais Véolia, c’est juste une pompe à phynances (voir Axa) comme on dit dans « la complainte des palotins », dans l’« Ubu » de notre cher Alfred Jarry.

 

NOSE DE CHAMPAGNE

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par NOSE 2 CHAMPAGNE à 17:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 mai 2014

UKRAINE, ALERTE ! UN IRAK OU UNE SYRIE EN EUROPE ?

 

language_in_ukraine

Décidément, les premiers représentants du parti au pouvoir prennent l'habitude de se manifester de manière bien inquiétante (pour ne pas dire sinistre), comme des matamores à l'égard de la Russie et de ses marches... À force d'asticoter l'ours, ils vont finir par le mettre dans tous ses états !

Concernant le référendum du 11 mai dans le Donbass, F. Hollande le déclare "sans conséquence", "nul et non advenu". En complice actif des jeux dangereux de l'OTAN, cette machine de guerre qu'avait quittée le Général De Gaulle, ils font les roquets, menacent la sécurité de la Russie et par contrecoup celle du Monde.

 

6591947_9942844

F. Hollande persiste et signe avec le peu de considération qu'il éprouve pour ceux qui ne soutiennent pas le pouvoir conquis Place Maïdan à Kiev, aux côtés de tout ce que l'Ukraine compte de néos et d'anciens partisans fascistes de Vlassov et  de Bandera.

 

odessa_massacre

Il a commis cette déclaration à son arrivée auprès de sa "maîtresse" Angela Merkel, pour prendre sa part dans le dépeçage de la CEI, l'union autour de la Russie qui a succédé à l'URSS. Trouve-t-il sans conséquence le fait que l'une des premières mesures de Iatseniouk et ses complices ait été de bannir la langue russe dans les territoires du Sud et de l'Est à majorité russophone ? Trouve-t-il sans conséquence les massacres de la Maison des Syndicats d'Odessa (par les néonazis de Pravi Sektor, Svoboda, etc. avec 48 disparus, 46 morts, 214 blessés), Marioupol (20 morts et 39 blessés) ou de Slaviansk (10 morts et 16 blessés), Kramatorsk (7 morts et 7 blessés) - pour ne citer que ceux-là - qui ont le tort de se défier d'un pouvoir issu de la violence mais validé par aucune légalité démocratique et traitant de "terroristes" (comme sur "l'affiche rouge") ceux qui ne pensent pas comme eux, et se garantissent par un recours démocratique au peuple  ?

 

62

Les organisateurs du référendum n'ont tué personne, mais les séditieux assassins du peuple qui ont pris le pouvoir à Kiev traitent leur démarche démocratique (bien qu'imparfaite) par l'expression du peuple de "farce criminelle" !

 

113

C'est aussi, sans doute, ce que les dirigeants PS et EELV pensaient le 29 mai 2005 du référendum sur le Traité Constitutionnel Européen, puisqu'ils l'ont considéré à l'époque comme "nul et non advenu" contre 55% de citoyens de notre peuple qui venaient de leur donner tort !

À force d'imbécilité politique, les "démocrates" du PS et autres tenants de la pensée unique, les invités du "Siècle" de chaque dernier mercredi de chaque mois, fabriquent et patinent l'image d'un Poutine héro des peuples ! 

NOSE DE CHAMPAGNE

 

Posté par NOSE 2 CHAMPAGNE à 14:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 avril 2014

COMMUNS, COMMUNES ET ELECTIONS MUNICIPALES 2014 (POSITION 14)

 

1199277508

 

"IL N'EST PIRE SOURD QUI NE VEUT ENTENDRE"... À VITRY COMME AILLEURS

Le bilan des 2 premières années du quinquennat Hollande est concentré dans les résultats de cette élection: un champ de ruines politiqaues et sociales. La gauche a perdu plus de 170 mairies de plus de 3500 habitants, dans le pays. Le PS paie le prix fort du fait de sa politique sociale perçue comme une formidable trahison, mais il entraîne en partie avec lui le reste de la gauche...

Quel est le bilan de ces élections municipales à Vitry-le-François ?

Il n'y avait aucune raison qu'ici, dans une commune de 13500 habitants, nous ne soyons pas touchés également par "la punition" d'une manière ou une autre. Au terme des 2 tours, Vitry-le-François reste la seule grande municipalité de gauche dans la Marne.

Plusieurs remarques s'imposent.

1. Comme partout ailleurs, la participation des vitryats a baissé. La désaffection a augmenté de 4% par rapport à 2008 et le taux d'abstention se situe maintenant dans une fourchette de haut niveau: 44,5% au 1er tour et 43% au 2d tour. Il est le signe des progrès d'une grande désespérance face au changement promis en 2012, et ajourné depuis. L'austérité "de gauche" a prolongé et renforcé l'austérité de droite subie des années. Il est aussi le signe d'une véritable crise démocratique, particulièrement sensible chez les jeunes et chez les ouvriers et employés qui sont la majorité sociologique de Vitry-le-François. Les électeurs ont perdu tout repère, mais le Président, s'il a bien entendu le message ne l'a manifestement pas compris.

2. Le taux d'abstention se manifeste différemment selon les quartiers et trouve donc aussi des motifs locaux. L'abstention est plus forte à Vitry-Ouest (Le Hamois surtout) avec 45,2% au 1er tour et 43,3% au 2d tour, qu'à Vitry-Est (Rome St Charles où est concentrée l'immigration) avec 44,3% au 1er tour et 42,3% au 2d tour. Ces 2 cantons réagissent différemment au 2d tour quand les abstentionnistes se mobilisent majoritairement à droite à Vitry-Ouest et majoritairement pour le maire sortant à Vitry-Est. Sans doute n'ont-ils pas les mêmes choses à perdre.

3. Au-delà des apparences superficielles, la gauche est devenue minoritaire à Vitry-le-François. Après les 51,23% en 2008 elle ne totalise que 48,4% au 1er tour 2014 contre 51,6% pour la droite + l'extrême-droite (aggravé à 52,75% au 2d tour). Le Front de Gauche qui avait pris la décision responsable de ne pas participer à la confusion avec une 3ème liste de gauche contre une droite unie et une extrême-droite en embuscade, avait parfaitement analysé la situation locale. Si le maire sortant retrouve son fauteuil, c'est grace à la triangulaire voulue par le FN (qui prend 3 sièges pour 5 à la droite). Les prochaines échéances électorales seront donc particulièrement difficiles dans le Pays Vitryat.

4. Au 2d tour, l'extrême-droite qui se maintient résiste bien à l'érosion (-3,7% seulement) et se stabilise à 22%. Le FN se renforce sur le bureau 4 de l'Hôtel de Ville et se consolide à Rome St Charles. Ses pertes profitent exclusivement à la droite. Les prochaines échéances électorales seront donc le théâtre d'une lutte sans merci pour l'hégémonie à droite.

5. L'électorat de la gauche non-gouvernementale était en partie représenté au 1er tour par la liste LO (5%). Il ne l'était plus au 2ème tour, sans consigne. Cela confirme l'échec prévisible de la stratégie de LO: il n'y aura désormais à la mairie qu'un écho étouffé des luttes et aucun ouvrier pour siéger au conseil municipal alors que c'étaient les objectifs affichés. 

6. Notre démocratie est bien malade. Indépendamment des opinions partisanes, il faudra expliquer aux citoyens par quel miracle notre "démocratie" a pu abuser les électeurs en attribuant 25 sièges (75,75%) à ceux qui ont obtenu 47,25% des voix, tandis que ceux qui ont réuni 52,75% des suffrages se voyaient réduits à 8 sièges (24,24%). Cela met le siège pour la liste du maire sortant à 75,76 voix de moyenne; le siège de droite à 243,2 voix et le siège d'extrême-droite à 344,66 voix. Quant à la liste LO, avec 218 voix, elle n'a droit à rien ! C'est aussi cela que les français ne supportent plus. Les plus modestes n'ont ni part à la répartition des richesses qu'ils créent (et on leur conteste maintenant leur protection sociale), ni part à la gouvernance de leur pays, cela à tous les niveaux. Il en irait tout autrement à la proportionnelle. Vite, il nous faut conquérir la 6ème République qui figure au programme du Front de Gauche.

Voilà tout ce que le Président, avec son nouveau gouvernement sera incapable de réformer. Voilà aussi ce dont le maire sortant, qui a refusé le rassemblement de la gauche dès le 1er tour, se rend complice. Voilà ce qui sera au centre de nos préoccupations lors de la marche à Paris le 12 avril 2014 contre l'austérité et contre l'extrême-droite...

NOSE DE CHAMPAGNE 

  

Posté par NOSE 2 CHAMPAGNE à 20:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]


25 mars 2014

MUNICIPALES 2014 DANS LA CAPITALE DU PERTHOIS (SUITE)...

 

 

1282959172

2ème TOUR À VITRY: ON BARRE LA ROUTE À LA DROITE ET L’EXTRÊME-DROITE !

Au terme du 1er tour des élections municipales à Vitry-le-François, l’analyse du Front de Gauche/Front citoyen Vitryat a été pleinement validée.

Nationalement, le niveau d’abstention et le score de la gauche gouvernementale traduisent le profond désaveu des électeurs vis-à-vis de la politique d’austérité de F. Hollande qui aggrave celle de N. Sarkozy, seulement 2 ans après que le PS ait obtenu tous les pouvoirs (présidence, assemblée, sénat, régions). La gauche ne totalise que 38% contre 46,5% à la droite…

Elle reçoit sa sanction particulière à Vitry-le-Françoisdroite et extrême-droite totalisent 51,6% contre 48,4% à la gauche. L’abstention s’est accrue de +5,5% (+9,5 à L. Pasteur 2 et +9% à La Haute Borne) principalement dans la jeunesse, passant de 39% en 2008 à 44,5% en 2014. Si le PS sortant est en tête dans 8 bureaux, il n’y obtient la majorité absolue que dans 2 des 10 bureaux (à Rome St-Charles et au Hamois - L. Pasteur 1). Jean-Pierre BOUQUET perd 7,81% entre 2008 et 2014. Il paie en partie la politique gouvernementale (TVA, APL, plans sociaux, quasi gel du SMIC et gel des pensions, etc.) mais aussi son incapacité à rassembler la gauche au 1er tour.

Paradoxalement, la droite perd 15,64% de ses voix de 2008, malgré un contexte national qui lui est favorable. Cela traduit la défiance de notre population pour sa tête de liste, mais aussi pour ses colistiers de catégories sociales privilégiées  très éloignées de l’image de notre population. Les électeurs vitryats ne s’y sont  pas trompés: ils ont pratiqué un vote de classe.

Le refus de cette politique s’est cristallisé dans un fort vote FN qui puise les 2/3 de ses forces dans l’électorat de la droite vitryate de 2008, malgré un programme inquiétant par son absence de consistance et antipopulaire (logement social, impôts locaux, services publics dont l’hôpital…). Voter pour le FN descendant des collabos du nazisme, c’est se tirer une balle dans le pied !

Dans ces conditions, nous considérons comme une lâcheté le fait que les électeurs de la liste Lutte Ouvrière soient abandonnés au milieu du gué sans indication de vote au 2ème tour. Dimanche 30 mars 2014, il faut empêcher les bourgeois de la liste de droite et les partisans du viticulteur parachuté de Cramant de reprendre notre mairie. Il faut les empêcher d’aggraver l’austérité : en ajoutant de l’austérité à la mairie en plus de l’austérité de l’Etat !

Ce n'est pas en faisant un bon en arrière qu'on avance sur le chemin difficile du progrès. Donc ne nous trompons pas de colère... Au 2ème tour, pour barrer la route à la droite et l’extrême droite avec le seul bulletin qui nous reste, il faut voter Jean-Pierre BOUQUET !

 

NOSE DE CHAMPAGNE.

 

 

Posté par NOSE 2 CHAMPAGNE à 00:54 - Commentaires [11] - Permalien [#]

23 mars 2014

AVANT D'ALLER VOTER TOUT À L'HEURE...

2 ou 3 choses que je dois vous dire avant que nous allions tous à notre façon accomplir notre devoir de citoyen...

Et c'est d'abord Bertolt BRECHT qui vous donne un premier repère...

"Ceux qui font bonne chair...

Nous enseignent la satisfaction,

Ceux pour qui sont les richesses

Ceux qui sont repus parlent aux affamés

Exigent de nous le courage du sacrifice.

Ceux qui sont repus parlent aux affamés

Des grandes époques futures.

Ceux qui conduisent l'Empire à la catastrophe

Disent que gouverner c'est bien trop dur

Pour les p'tits."

C'est ensuite à Joëlle BASTIEN que je pense, même si j'ai de très grandes divergences avec elles, car elle a raison de dire qu'

"il faut des ouvriers à la Mairie"

... Or il n'y en a sur nulle autre liste que la sienne... Par ailleurs, je conclus avec cet avertissement, toujours de Bertolt BRECHT...

"Quand le temps sera venu de marcher...

Beaucoup ne sauront pas

Que leur ennemi marche à leur tête,

Que la voix qui les commande

Est la voix de leur ennemi

Que celui qui parle de l'ennemi

Est lui-même l'ennemi."

...Voilà, vous êtes armés pour ce 1er tour. Bon courage et à bientôt !    

NOSE DE CHAMPAGNE 

Posté par NOSE 2 CHAMPAGNE à 01:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 février 2014

POINT D'ETAPE...

Cette semaine, mon blog passera le cap des 40 mille visiteurs pour 60 mille pages consultées.

Mes visiteurs proviennent des nations de tous les continents. Parmi elles, dans les 100 premiers viviteurs, ont trouve bien sûr la France, les USA, l'Algérie, l'Allemagne, le Liban et le Canada...

Toutes et tous, vous me faites beaucoup d'honneur. Merci.

NOSE DE CHAMPAGNE. 

Posté par NOSE 2 CHAMPAGNE à 12:38 - Commentaires [9] - Permalien [#]

22 janvier 2014

COMMUNS, COMMUNES... MUNICIPALES 2014 (POSITION 11)

595581368_14170754

REPONSE À LA DROITE ET À CEUX QUI S'AMUSENT AVEC ELLE...

CETTE BATAILLE DE CHIFFONNIERS NE NOUS INTERESSE PAS !

On a tout lieu de craindre l’issue du faux débat engagé entre la Droite locale et le PS, à l’occasion des municipales à Vitry-le-François : entre lourdeur et extrême légèreté. « L’Union », ce jour, fait état de la bataille de tracts engagés par le PS, la Droite locale et le FN… alors que nous, Front de Gauche, nous  sommes depuis 3 mois sur le marché et dans les quartiers périphériques, avec de vraies propositions pour satisfaire les besoins.

Nous en avons fait l’expérience au cours de 3 séances de négociation : le PS n’est pas prêt à soumettre son bilan d’une part, ni à communiquer son projet pour le prochain mandat d’autre part. Alors, confondant humour et insignifiance, il s’amuse avec l’accessoire pour faire oublier l’essentiel. Disons-le tout net : mépriser l’adversaire, c’est toujours dangereux. En effet, en pareil cas, certaines « plaisanteries » dérapent hors des valeurs républicaines et démocratiques. Pour notre part, au Front de Gauche nous ne contesterons jamais notre tryptique fondamental : « liberté, égalité, fraternité ». Nous sommes donc particulièrement choqués d’entendre des responsables politiques en déclarer d’autres incapables de gérer une commune. D’autant plus qu’il ne s’agit pas de le faire dans un cadre oligarchique mais avec l’accompagnement très professionnel des personnels municipaux, des agents jusqu’aux cadres. La question n’est donc pas celle des compétences ou des capacités, mais celle des orientations politiques que les candidats chefs de file et leurs colistiers ont choisi d’incarner. Quant à nous, nous faisons le choix de l’intérêt du peuple, ce qu’on appelle « l’intérêt général » plutôt que le soutien aux privilèges égoïstes.

Pour cette raison, tout en restant la mauvaise conscience des sortants, nous ne sommes pas prêts à nous en remettre à l’équipe adverse.

Nous sommes prévenus par son diagnostic amnésique, lorsqu’elle stigmatise « la multiplication des suppressions d’emplois ». Elle passe sous silence nos multiples luttes syndicales depuis des années, engagées contre l’austérité qui rétrécit la demande, contre les cadeaux les plus divers aux actionnaires pour mieux financer les licenciements plutôt que l’emploi, pour reculer l’âge de la retraite et barrer la route à l’emploi des jeunes et pour promouvoir des propositions favorables à l’avenir de nos industries dans un cadre européen coopératif débarrassé du dumping social et de la concurrence.

Nous sommes tout autant indignés de voir reprocher à la Municipalité sortante « la multiplication du nombre de logements vacants » à Vitry. C’est en partie le résultat d’une conjonction entre l’exode face au chômage et à la paupérisation d’une part, et d’autre part les années de restrictions au mouvement HLM qui ont conduit à l’obsolescence de plus en plus criante du parc face à la demande moderne. Mais dîtes-nous, comment se fait-il qu’aucun d’entre les candidats de cette liste n’y demeure !

Il en va de même dans cette prétention à se débarrasser sur les autres de « la multiplication des inégalités » dans notre ville, quand c’est le résultat de la composition sociologique de notre population et de la politique de bas salaires imposés depuis des décennies aux ouvriers et employés qui y sont la quasi majorité. Est-ce la ville qui paie les salaires des salariés de nos entreprises ? Le pouvoir d’achat moyen est pourtant 23% inférieur à la moyenne départementale ! Est-ce la ville qui fait campagne depuis une décennie sur le thème du « coût du travail » dont on voit bien ici qu’il n’a rien à voir avec la compétitivité ? 

Autre accusation injuste et aussi irresponsable devant « les générations futures », celle de « la multiplication des projets immobiliers » ! Il faudrait commencer par balayer devant votre porte, Mesdames et messieurs (voir « LE MERLE MOQUEUR » sur Canalblog : le 27/04/2007 « Mains basses sur la ville », le 21/04/2008 « Faire son trou à Vitry » et le 18/01/2014 « Municipales 2014… Position 10 »). Sous quel maire ont été creusés les trous d’eaux stagnantes que nous y dénonçons ?

Il y a « projet immobilier » et « projet immobilier ». Soit des « marinas pieds dans l’eau » Chemin des bateliers, Faubourg Léon Bourgeois ou Port de Givet pour le plaisir de riches privilégiés, soit l’adaptation et la diversification indispensable de l’offre de logements, avec des équipements publics et un désenclavement des quartiers, pour se mettre au niveau et répondre aux besoins de notre temps. Vitry-le-François doit investir pour son avenir et enrayer une spirale du déclin vissée aux politiques d’austérité venues du pouvoir central ou de la commission européenne. C’est ce que nous appelons l’intérêt général… 

Nous, au Front de Gauche, nous avons des projets pour rendre notre ville plus accueillante, d’abord à ses habitants, mais aussi à toutes celles et ceux qui voudront y passer du temps. C’est là-dessus que nous voudrions pouvoir débattre. Et puisque Gérard TINDILLIERE est adepte de l’humour, nous lui proposons cet aphorisme d’un spécialiste chalonnais célèbre, Pierre DAC : « ce n’est pas parce qu’on est concerné qu’on est forcément un imbécile en état de siège !». 


NOSE DE CHAMPAGNE.


 

 

Posté par NOSE 2 CHAMPAGNE à 14:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 janvier 2014

FRANCOIS MITTERRAND - 18 ANS ET UN RENONCEMENT !

francois_mitterrand_by_claudejulien_151527_

 

Krugman_hollande

(Paul KRUGMAN est un ancien Prix Nobel d'Economie américain)

 

Eh oui, camarade secrétaire de la section PS de Vitry-le-François: "François MITTERRAND 18ème anniversaire de sa disparition". Heureusement pour lui, il ne voit pas ce que vous avez fait, en 20 mois, de ce qu'il vous a légué !

Il était, lui aussi, un personnage controversé à bien des égards. Notamment sur son passé. Pourtant, il restera dans l'histoire de France comme le 1er président de gauche de la 5ème République, avec un vrai bilan progressiste.

Il y a des acquis politiques et sociétaux avec l'abolition de la peine de mort et la fin des discriminations pénales contre les homosexuels.

Il y a des acquis économiques avec la création de l'impôt sur les grandes fortunes; les nationalisations des 36 premières banques de dépôt, de Paribas, de Suez, des groupes industriels CGE, PUK, Rhône-Poullenc, St-Gobain, Thomson... qui ont fondu au fil des années. Vous, vous continuez à brader les bijoux de famille !

Il y a eu aussi, dès les premières semaines des acquis sociaux comme l'augmentation du SMIC de 10%, des allocations familiales et logement de 25%, de l'allocation handicapé de 20%. Il y a eu surtout, la 5ème semaine de congés payés et la retraite à 60 ans pour tous, que vous avez abrogée; la création du RMI...

Le contraste avec le président François HOLLANDE est saisissant. S'il reste dans l'histoire, ce sera pour la trahison des idéaux de la gauche. Il restera le président de la satisfaction de l'offre au MEDEF, aux actionnaires, aux privilégiés et à la Finance, de dizaines de milliards d'€ volés aux budgets publics et sociaux plutôt que de la satisfaction de la demande de progrès social des millions de salariés et des familles.

La conférence de presse du mardi 14 janvier 2014 marquera pour beaucoup la date de son "retournement" libéral et l'amorce de sa défaite politique. 

NOSE DE CHAMPAGNE.

 

 

Posté par NOSE 2 CHAMPAGNE à 23:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]