595581368_14170754

REPONSE À LA DROITE ET À CEUX QUI S'AMUSENT AVEC ELLE...

CETTE BATAILLE DE CHIFFONNIERS NE NOUS INTERESSE PAS !

On a tout lieu de craindre l’issue du faux débat engagé entre la Droite locale et le PS, à l’occasion des municipales à Vitry-le-François : entre lourdeur et extrême légèreté. « L’Union », ce jour, fait état de la bataille de tracts engagés par le PS, la Droite locale et le FN… alors que nous, Front de Gauche, nous  sommes depuis 3 mois sur le marché et dans les quartiers périphériques, avec de vraies propositions pour satisfaire les besoins.

Nous en avons fait l’expérience au cours de 3 séances de négociation : le PS n’est pas prêt à soumettre son bilan d’une part, ni à communiquer son projet pour le prochain mandat d’autre part. Alors, confondant humour et insignifiance, il s’amuse avec l’accessoire pour faire oublier l’essentiel. Disons-le tout net : mépriser l’adversaire, c’est toujours dangereux. En effet, en pareil cas, certaines « plaisanteries » dérapent hors des valeurs républicaines et démocratiques. Pour notre part, au Front de Gauche nous ne contesterons jamais notre tryptique fondamental : « liberté, égalité, fraternité ». Nous sommes donc particulièrement choqués d’entendre des responsables politiques en déclarer d’autres incapables de gérer une commune. D’autant plus qu’il ne s’agit pas de le faire dans un cadre oligarchique mais avec l’accompagnement très professionnel des personnels municipaux, des agents jusqu’aux cadres. La question n’est donc pas celle des compétences ou des capacités, mais celle des orientations politiques que les candidats chefs de file et leurs colistiers ont choisi d’incarner. Quant à nous, nous faisons le choix de l’intérêt du peuple, ce qu’on appelle « l’intérêt général » plutôt que le soutien aux privilèges égoïstes.

Pour cette raison, tout en restant la mauvaise conscience des sortants, nous ne sommes pas prêts à nous en remettre à l’équipe adverse.

Nous sommes prévenus par son diagnostic amnésique, lorsqu’elle stigmatise « la multiplication des suppressions d’emplois ». Elle passe sous silence nos multiples luttes syndicales depuis des années, engagées contre l’austérité qui rétrécit la demande, contre les cadeaux les plus divers aux actionnaires pour mieux financer les licenciements plutôt que l’emploi, pour reculer l’âge de la retraite et barrer la route à l’emploi des jeunes et pour promouvoir des propositions favorables à l’avenir de nos industries dans un cadre européen coopératif débarrassé du dumping social et de la concurrence.

Nous sommes tout autant indignés de voir reprocher à la Municipalité sortante « la multiplication du nombre de logements vacants » à Vitry. C’est en partie le résultat d’une conjonction entre l’exode face au chômage et à la paupérisation d’une part, et d’autre part les années de restrictions au mouvement HLM qui ont conduit à l’obsolescence de plus en plus criante du parc face à la demande moderne. Mais dîtes-nous, comment se fait-il qu’aucun d’entre les candidats de cette liste n’y demeure !

Il en va de même dans cette prétention à se débarrasser sur les autres de « la multiplication des inégalités » dans notre ville, quand c’est le résultat de la composition sociologique de notre population et de la politique de bas salaires imposés depuis des décennies aux ouvriers et employés qui y sont la quasi majorité. Est-ce la ville qui paie les salaires des salariés de nos entreprises ? Le pouvoir d’achat moyen est pourtant 23% inférieur à la moyenne départementale ! Est-ce la ville qui fait campagne depuis une décennie sur le thème du « coût du travail » dont on voit bien ici qu’il n’a rien à voir avec la compétitivité ? 

Autre accusation injuste et aussi irresponsable devant « les générations futures », celle de « la multiplication des projets immobiliers » ! Il faudrait commencer par balayer devant votre porte, Mesdames et messieurs (voir « LE MERLE MOQUEUR » sur Canalblog : le 27/04/2007 « Mains basses sur la ville », le 21/04/2008 « Faire son trou à Vitry » et le 18/01/2014 « Municipales 2014… Position 10 »). Sous quel maire ont été creusés les trous d’eaux stagnantes que nous y dénonçons ?

Il y a « projet immobilier » et « projet immobilier ». Soit des « marinas pieds dans l’eau » Chemin des bateliers, Faubourg Léon Bourgeois ou Port de Givet pour le plaisir de riches privilégiés, soit l’adaptation et la diversification indispensable de l’offre de logements, avec des équipements publics et un désenclavement des quartiers, pour se mettre au niveau et répondre aux besoins de notre temps. Vitry-le-François doit investir pour son avenir et enrayer une spirale du déclin vissée aux politiques d’austérité venues du pouvoir central ou de la commission européenne. C’est ce que nous appelons l’intérêt général… 

Nous, au Front de Gauche, nous avons des projets pour rendre notre ville plus accueillante, d’abord à ses habitants, mais aussi à toutes celles et ceux qui voudront y passer du temps. C’est là-dessus que nous voudrions pouvoir débattre. Et puisque Gérard TINDILLIERE est adepte de l’humour, nous lui proposons cet aphorisme d’un spécialiste chalonnais célèbre, Pierre DAC : « ce n’est pas parce qu’on est concerné qu’on est forcément un imbécile en état de siège !». 


NOSE DE CHAMPAGNE.