10 BESOIN DE NOUS AU PRINTEMPS TRAHISSANT A L'AUTOMNE

André Chasseigne avait raison de dire hier à la tribune de l'assemblée nationale: "les temps changent et rien ne change" !

L'illusionniste de l'Elysée, en effet, nous affirme un certain nombre de choses en collision de nos vécus.

* À vous, les 100 prochains licenciés de NOBEL-PLASTIQUES et les 70 jetés dehors de SUCRE-UNION ou les tout aussi prochains 50 à 60 mis sur le carreau de LECICO-SARREGUEMINES: tout va mieux ! Il vient d'avoir la révélation que "la France a vocation de redevenir un grand pays industriel"... Et son bouffon de service en marinière nous l'a dit aussi, à la tribune de l'assemblée hier: "nous avons choisi une stratégie d'endiguement"...

* Et vous les 4000 chômeurs (dont 23% de jeunes de moins de 26 ans) à Pôle Emploi, cette plus grande entreprise du Pays Vitryat, qui êtes devenus 4300 en 6 mois: tout va mieux ! Il aperçoit la sortie de la crise et il nous annonce la bonne nouvelle, à travers les statistiques d'août 2013 bidouillées lourdement...

* Vous aussi, les nouveaux contribuables pauvres qui venez grossir les cohortes chevronnées des contribuables modestes qui n'ont ni comptes en Suisse, ni aux Îles Caïmans que vous ne sauriez (sauriens ?) pas situer sur la carte: sachez que tout va mieux depuis qu'il a décrété la pause fiscale qui vous fait cotiser pour rembourser plus la dette publique qu'ils ont contracté en votre nom sans vous demander votre avis...

* Quant à vous, heureux voyageurs dans le monde enchanté des minima sociaux: tout va mieux, car l'inflation qui grignote votre maigre viatique n'est pas si enflée que çà, puisque les statistiques vous affirment que lorsque le gaz, l'électricité, l'eau, les denrées alimentaires n'augmentent que de 5%, l'indice du coût de la vie mesure un dérapage limité à 0,9%... On a inventé l'inflation ressentie comme on avait inventé la température ressentie !

Le Président vous l'assure, lui il sait: vivre n'est pas si difficile que çà... à l'Elysée ou dans les palais de la République qui abritent ses gentils ministres ou ses parlementaires godillots.

Pourquoi ne pas appliquer ce bon et vieux conseil que n'aurait pas démenti le bon Monsieur Barre: "si vous ne pouvez pas acheter du pain, achetez donc de la brioche" !

Et bien sûr, il faut bien penser que les 500 familles françaises les plus riches qui se goinfrent 1,2 fois le budget de l'Etat sont dans le même bateau que ma copine et ses semblables qui se vautrent dans le luxe de leur 470€ par mois !

Mais quoi ? "Est-ce une émeute qui gronde ?" demande le monarque. À quoi son fidèle bras droit lui répond: "Non sire, c'est une révolution..." !

Comme dit Tsolakis au Commissaire Charitos, dans "liquidations à la grecque" (de Petros Markaris, page 255, en collection Policier/Points N°P3123): "L'objectivité fictive est au service de l'argent fictif"...

NOSE DE CHAMPAGNE