SAM_3406

 

SAM_3401

 

SAM_3404

Votre municipalité m'a invité pour passer quelques jours ici, du 13 décembre au 5 janvier... Que c'est long ! C'aurait pu être une expérience intéressante pour vous comme pour moi...

Mais ma venue a été mal préparée et ne me laissera pas un souvenir impérissable. C'est comme çà quand, dirait un philosophe, la "culture" oublie ses rapports avec la nature, n'en déplaise à votre salamandre, qui trouve que c'est normal pour un renne de poireauter des heures et des heures sous la pluie, attaché à ne rien faire. Mais il paraît que vous avez au moins un élu écologiste, ici... Où était-il ? Qu'a-t-il fait pour préparer mon séjour ? Même pas un écriteau pédagogique concernant votre invité pour me présenter aux quelques rares enfants qui ont accepté de m'adresser un salut... On aurait pu y expliquer pourquoi il ne fallait pas me donner à manger (je suis un herbivore, assez friand de lichens, bien meilleurs que votre foin !) plutôt que de m'entraver le museau par une cordelette durant les premiers jours !     

Oui, je suis un renne. Si vous préférez, je suis un caribou. Je peux peser 180 kilos et mesurer près d'1,30 mètre au garot. C'est vrai que je suis plus petit que mon cousin l'élan. Lui, il peut peser 400 kilos et c'est le plus grand cervidé du monde. Nous vivons normalement au-delà du cercle polaire arctique. Notre cadre de vie c'est pas vos fausses descentes enneigées sur une place bitumée. C'est la taïga (forêt) et la toundra (prairie), de la Norvège à la Russie (presqu'île de Kola), en passant par la Suède et le Nord de la Finlande. C'est çà qu'on appelle la Laponie. Mais vous aurez bien du mal à la situer, puisque vous n'avez même pas affiché une carte de mon pays !

Vous m'avez connu seul, ici. Ce n'est pas ma faute. Moi, j'ai l'habitude de vivre en troupeau avec mes semblables, parce qu'ensemble on se protège... Là, je me suis senti vraiment très seul, à devoir supporter vos animations et leurs excès de décibels. Franchement, la nature de mon pays est plus agréable que votre Place d'Armes. Je préfère entendre le murmure du vent dans les buissons des prairies ou la ramure des aulnes, des bouleaux, des peupliers, ou encore les sifflements de mélodie glacée des rafales dans les cimes de conifères...   

Dans quelques jours je vous oublierai, sauf une dame qui promenait 2 chiens (un blanc et noir et un roux marron) qui me regardaient en me plaignant, ou deux autres dames (du refuge) qui venaient de temps à autre vérifier que l'on ne me maltraitait pas, même involontairement.

Votre ville, Vitry-le-François, il faudrait vraiment qu'elle tourne la page de la colonisation et qu'elle apprenne à observer et écouter les autres... Bon, c'est pas complètement de votre faute non plus, avec votre Président qui restaure votre ancien empire de la Françafrique !

 

NOSE DE CHAMPAGNE