Publié le mardi 15 mai 2012 / Journal L’UNION

 

Le Maire de Pargny-sur-Saulx, Roland Leclère, est décédé dimanche en fin de journée des suites d'une triple crise cardiaque.

La nouvelle s'est propagée comme une traînée de poudre dimanche dans l'arrondissement… Et hier matin, au café-tabac de la rue principale de Pargny-sur-Saulx, les clients ne parlaient que de l'événement. Le décès du premier magistrat de ce village, Roland Leclère, a touché de nombreux habitants. Certains n'y croyaient pas, tandis que d'autres, malgré des différences de points de vue, qualifiaient la nouvelle de « triste ».

201205154fb1d11fe1296-0-587897Comme nous le relations dans notre édition d'hier, en page départementale, Roland Leclère participait à la randonnée cycliste qui se tenait dimanche matin à Vauclerc lorsqu'il a été pris de fortes douleurs à la poitrine, arrivant à proximité d'un point de ravitaillement. Héliporté jusqu'au centre hospitalier de Reims, il a succombé à la troisième crise cardiaque.

« C'est terrible, il se faisait une joie de reprendre le vélo, laissait entendre un proche de la victime, membre du club de vélo de Pargny-sur-Saulx. Il avait dû arrêter quelque temps son sport préféré suite à une petite opération des sinus. Je l'ai vu si heureux de remonter sur son vélo dimanche que je suis d'autant plus choqué. Le vélo, c'était sa passion pour décompresser. »

Né au Maroc

Ce décès brutal a plongé dans la douleur l'équipe administrative de la mairie qui éprouvait, hier, beaucoup de difficultés à travailler. « On n'y croit toujours pas, soufflait une secrétaire les larmes aux yeux. Je l'ai encore vu samedi. Et j'ai toujours l'impression qu'il va pousser la porte et nous dire bonjour. Nous sommes un peu perdus. »

De nombreux élus municipaux ont eux aussi beaucoup de mal à accepter cette disparition soudaine. Ils ont d'ailleurs ressenti le besoin de se réunir hier soir pour partager leur souffrance. Hier matin, ils se sont également rendus à la sous-préfecture pour s'informer sur la conduite à tenir pour gérer au mieux la municipalité (lire ci dessous).

C'est que Roland Leclère était l'enfant du pays. Et même s'il ne faisait pas l'unanimité après avoir pris certaines décisions pour la commune, il restait bien connu et apprécié de nombreux Pargnysiens.

Élu maire en 2008

Né au Maroc, il était arrivé en 1959 dans la commune avec ses parents instituteurs. Comme son frère et sa sœur, il a réalisé toute sa scolarité au groupe scolaire Jean-Moulin avant de la poursuivre au collège de Sermaize-les-Bains, puis au lycée de Vitry-le-François.

Il a réussi une capacité de droit, puis travaillé à différents postes dans des compagnies d'assurance avant de devenir moniteur d'auto-école. C'est en 1979 qu'il ouvre sa propre agence d'auto-école qu'il gérait seul avec son épouse.

Quand Roland Leclère est élu maire en mars 2008 et qu'il devient aussi élu pour la communauté de communes Saulx et Bruxenelle, chargé de l'aménagement du territoire, il marche sur les pas de son père qui, de 1971 à 1983, avait été élu maire.

Roland Leclère n'en est cependant pas à sa première expérience d'élu. Au contraire. Il s'était lancé dans la politique locale dix-neuf ans plus tôt en devenant l'adjoint de Christian Burkel, maire de 1989 à 1995. Il était également devenu président du syndicat intercommunal (Sep), puis de la Vallée de la Saulx, avant de devenir le président de Saulx et Bruxenelle. Puis, il s'était mis quelque temps en retrait de la politique avant de se lancer dans les municipales.

Quand il se présente en 2008, Roland Leclère veut incarner le changement, « instaurer le dialogue », sans pour autant jeter le discrédit sur l'équipe précédente. « C'est en tout cas ce qu'il a voulu faire », précise Denise Guérin, sa première adjointe et amie. La liste qu'il mène s'appelle alors « Progressons ensemble ».

PLU et Orflam

Depuis 2008, il a notamment lutté contre le désert médical de sa commune. Alors que le groupe scolaire Jean-Moulin s'est vidé de ses élèves pour rejoindre d'autres établissements, il a tout fait pour amener un médecin généraliste. Malgré de grosses difficultés, il fait venir une dermatologue, une dentiste et une infirmière. Les travaux de réfection des locaux venaient d'être achevés. « L'inauguration était prévue le 25 mai, précise Denis Guérin. Nous la maintenons car nous pensons que c'est ce que Roland aurait souhaité. Son discours était prêt et nous le lirons. Il tenait tellement à cette maison médicale. »

Roland Leclère s'est également investi auprès de la sous-préfecture pour faire avancer le dossier de la sécurisation de l'ancienne usine à briquets Orflam, totalement contaminée par des déchets radioactifs.

À l'écoute

« Il a également fait évoluer à grands pas le dossier du PLU. Il n'est pas encore tout à fait finalisé mais sur le point de l'être. C'était aussi un dossier qui lui tenait à cœur. » Pour Denise Guérin, Roland Leclère était un élu à l'écoute. « La droiture et la justice étaient ses qualités premières, quoi que l'on en pense. Il ne voulait donner aucun passe-droit, encore moins aux élus et cela n'était pas toujours compris. Il a toujours voulu valoriser Pargny-sur-Saulx et être au plus juste pour chacun. Il recevait toujours celui qui voulait le rencontrer. »

Roland Leclère savait aussi être ferme dans ses décisions, peut être parfois trop, diront certains. « Mais il faisait tout pour sa commune et prenait très à cœur son rôle. Il voulait le meilleur pour ses administrés », conclut l'élue.

Un hommage lui sera rendu lors de ses obsèques civiles qui seront célébrées ce mercredi 16 mai, à 14 h 30, au cimetière de Pargny-sur-Saulx.

 

L’UNION LOCALE CGT DU PAYS VITRYAT S’ASSOCIE À L’HOMMAGE QUI LUI SERA RENDU

Nous avons appris avant-hier après-midi la triste nouvelle de la disparition de Roland LECLERE, en pleine force de l'âge, du Maire de Pargny sur Saulx. Cette funeste nouvelle a été confirmée hier par notre Quotidien régional "L'Union". Nous avions encore échangé des propos très sympathiques avec lui le 20 avril lors de la visite de François Hollande à Vitry-le-François.

Roland LECLERE, homme de dialogue, homme d'engagement, homme de progrès fut, pour nous syndicalistes CGT, celui qui nous a donné des moyens (notamment des locaux à l'Ecole Jean Moulin, chaque quinzaine, le vendredi  de 17 à 19 heures) pour permettre une renaissance du syndicalisme ouvrier dans cette partie du Pays Vitryat, sinistrée par la désindustrialisation et la précarisation des populations comme des salarié-e-s.

Nous lui sommes reconnaissants pour cette prise de position et cette action concrète. Nous serons, nous responsables de l'Union Locale CGT du Pays Vitryat, aux côtés des élus de son conseil municipal et aux côtés de la population qui l'avait élu, pour lui rendre hommage mercredi à 14H30, lors de la cérémonie de son inhumation et pour partager avec tous les présents l'émotion ressentie par tous.

Au nom de la Direction de l'UL CGT et de son Secrétaire général José MICELI qui le connaissait, au nom des responsables de la section CGT d'Imerys-TC, nous vous appelons à vous associer à cet hommage dans la mesure de vos possibilités,

Le Bureau de l'UL CGT du Pays Vitryat, le 15/05/2012 à Vitry-le-François.